Campiche Florian

Fleurs
modificateur de prix des variantes :
Prix de base avec taxes
Prix de vente avec réduction
600,00 CHF
Remise
Montant des Taxes
Prix / Kg:
Description du produit

Huile sur toile (non datée)

45 cm x 37 cm

En bon état

Cadre d'origine offert

Autres tableaux de Florian Campiche en vente sur notre site

florian-campiche-fleurs-vignette 

Florian Campiche (1910-2002)

Florian Campiche né le 9 avril 1910 à Sainte-Croix a commencé à peindre en 1930 et, pendant les 10 premières années a poursuivi tout seul sa route, avec persévérance.

En 1942, il a la chance d'exposer à Lausanne, en compagnie de R.Th. Bosshard. Puis pendant une année, il est l'élève de Nanette Genoud, puis la rencontre avec Charles Clément qui, durant 30 ans, lui donnera de précieux conseils.

Ses parents, Ida (née Jaques) et Eugène Campiche étaient les témoins authentiques de plusieurs générations de Sainte-Croix. De ses origines, Florian Campiche a gardé un fort attachement à cette région du Jura vaudois. Il faut dire que, tout jeune, il avait hérité de son père l'amour de la nature et le plaisir d'en découvrir tous les aspects.

C'est en 1933 que son nom apparaît pour la première fois dans le catalogue consacré à l'exposition collective des Amis des Arts de Sainte-Croix. Par la suite, le peintre participe à de nombreuses expositions ajoutant parfois à son nom celui d'autres collègues. Il a également été présenté dans les Salons et Galeries de Suisse (dont au Musée de Payerne en 1980 et 1986) et de France voisine.

Si Florian Campiche affectionne tout particulièrement le Jura, d'autres lieux, d'autres lumières ont également su l'émouvoir et le séduire. Sous son pinceau, la Tunisie s'irise. Lumière et sujets se confondent, au point de n'être plus qu'un éblouissement de taches lumineuses et légères. Puis, c'est Paris et ses quartiers ternes qui deviennent un chant de l'aube, des gris légers, chatoyants, rehaussés ici et là par du bleu ou du jaune. Un jeu subtil de nuances et d'harmonie dans une gamme de gris étonnamment riche.

Les critiques sont le plus souvent élogieuses à son égard, à l'exemple de celle de B.-P. Cruches, consacrée à une exposition au Musée de Sainte-Croix, en 1971: "Campiche a appris à voir en peintre: simplification du sujet, travail des valeurs... et surtout volonté de peindre ce que l'oeil voit et non ce que l'homme croit voir. Le résultat est là: Campiche est devenu l'un des excellents peintres du pays." Florian Campiche démontre par sa peinture son excellente connaissance du Jura.