Nouveautés

marianne-du-bois-contraste-printanier-33-55cm-1979
Du Bois Marianne
850,00 CHF
marianne-du-bois-hiver-jaune-22-50cm-1990
Du Bois Marianne
850,00 CHF
aime-barraud-tour-de-l-horloge-neuchatel-39-32cm
Barraud Aimé
650,00 CHF
roger-myhra-planete-magique-60-80cm
Myrha René
3600,00 CHF
le-gal-table-et-fleurs-46-33cm
Gall François
3500,00 CHF
pierre-bichet-arbres-45cm-64cm
Bichet Pierre
650,00 CHF
pierre-michel-franches-montagnes-29-79cm
Michel Pierre
1500,00 CHF
szabo-personnage-et-oeufs-20-16cm
Szabo Joseph
800,00 CHF
max-theynet-grand-bouquet-81cm-55cm
Theynet Max
2400,00 CHF
dominique-froidevaux-bronze-59cm
Froidevaux Dominique
2400,00 CHF
janebe-la-pointe-du-grin-66-77cm
Janebé
4500,00 CHF
auguste-bachelin-soldat-sur-cheval-40-31cm
Bachelin Auguste
2400,00 CHF
Sopel Lyle (Canada)
6500,00 CHF
jean-roll-la-fin-de-l-ete-86-115cm-1973
Roll Jean (1973)
8500,00 CHF
jean-daniel-dessarzin-espace-temps-60cm-60cm-2019
Dessarzin Jean-Daniel
1200,00 CHF
auguste-bachelin-45cm-56cm
Bachelin Auguste
3600,00 CHF
laure-guyot-37cm-44cm
Guyot Laure-Cécile
1200,00 CHF
maya-mossaz-3-visages-69cm-49cm-1987
Mossaz Maya
2400,00 CHF
lucien-grounauer-neige-sur-la-ville-50-70cm
Grounauer Lucien
1500,00 CHF
aime-barraud-les-peches-42-50cm
Barraud Aimé
8500,00 CHF
maurice-mathey-32cm-40cm
Mathey Maurice
1200,00 CHF
gerald-comtesse-les-oranges-40-94cm-1996
Comtesse Gérald
2800,00 CHF
max-theynet-hotte-fleurie-138-68cm
Theynet Max
3500,00 CHF
zini-petit-canal-a-venise
Zini Umberto
1200,00 CHF

Offres du mois

marcel-stebler-27-22cm-1946
Stebler Marcel
250,00 CHF
jean-charles-bouloc-26-40cm
Bouloc Jean-Charles
450,00 CHF
roger-clavequin-19-27cm-1966
Clavequin Roger
350,00 CHF
anne-monnier-creux-du-vent-21-16cm
Monnier Anne
450,00 CHF
Kokollari Mercedes
450,00 CHF
Turuvani Bernard
450,00 CHF
leonardo-spreafico-43cm-32cm
Spreafico Leonardo
250,00 CHF
n-tenier-35-46cm-1988
Tenier N.
350,00 CHF
rue-principale-37-44cm
Bruholm Larsen
450,00 CHF
m-tosy-chevaux-39-59cm
Tosy M.
450,00 CHF
peter-riedo-sokrates-33cm-33cm
Sir Riedo Peter
250,00 CHF
a-mermod-dents-du-midi-44-59cm-1948
Mermod A.
250,00 CHF
wilkinson-60cm-90cm
Wilkinson
650,00 CHF

Nouveautés antiquités & vintage

Szabo Joseph

Personnage avec oeufs
modificateur de prix des variantes :
Prix de base avec taxes
Prix de vente avec réduction
800,00 CHF
Remise
Montant des Taxes
Prix / Kg:
Description du produit

Huile sur panneau, oeuvre signée en bas à gauche (foncé sur foncé)

20 cm x 16 cm

En parfait état

Cadre d'origine offert

Autres oeuvre de Joseph Szabo en vente sur notre site

Ref: EEG

 

Joseph Szabo (1925-2010)

Joseph Szabo est né en 1925 à Nyúl, dans un petit village près de Győr, dans une pauvre famille paysanne de huit enfants. Il a connu une enfance difficile. Très jeune, à neuf ans il étonne son maître d’école en lui présentant un dessin bien exécuté. À cause de la vie précaire de sa famille il ne peut aller qu'à 22 ans à Budapest pour commencer ses études à l'École supérieure des beaux arts. Il fréquente les milieux intellectuels et artistiques. Il découvre la musique, se passionne pour elle au point d'envisager une carrière musicale. Mais il fait son choix définitif: il abandonne l'étude de la musique pour concentrer tous ses efforts sur la peinture.

En 1953, à sa sortie des Beaux-Arts, les autorités lui attribuent une importante bourse qui le consacre artiste reconnu officiellement. Délivré de tout souci matériel, il dispose d'un atelier et de moyens financiers lui permettant de mener une existence enviable aux yeux de nombre de ses concitoyens. Des consignes données par un Pouvoir communiste sont difficiles à accepter, il se sent prisonnier, asservi. En 1956 les frontières s’ouvrent vers l’Occident, donc il peut suivre son rêve d'enfance et partir pour la France. Une bourse lui est attribuée et il est admis aux Beaux-Arts, à Paris. On lui attribue le 1er Prix à l'Exposition des peintres hongrois aux beaux-arts de Paris en 1958.

Il continue ses études à l’École supérieure des beaux-arts de Nice. « Durant ces études j'ai reçu une bourse et des repas gratuits à la cantine de l’École. Je serai toujours reconnaissant pour ce privilège reçu de la France » écrivait-il. Grâce à l'excellente réputation de l'artiste et en considération du Prix qui lui a été attribué, un important crédit lui est ouvert sous forme d'un prêt sans intérêt par le Ministère des Affaires culturelles. Cette somme sera utilisée pour acheter, et restaurer une ruine et en faire une belle demeure uniquement par son propre travail manuel. Puis il est parti vers le midi, achète et restaure une ruine à Lussan. Mais l'isolement n'est pas encore assez grand à son gré: à Fons-sur-Lussan, cette fois-ci, c'est une ruine totalement isolée, abandonnée depuis plus d'un siècle.

En 1967 il est invité aux États-Unis, il s’y rend, et il y voit ses toiles figurer dans une importante galerie de Chicago puis dans des plusieurs galeries. Là encore, il a l'occasion de vendre, dans d'excellentes conditions. Puis à nouveau, des déceptions ; et connaissance avec les milieux mercantiles et sans scrupules du marché des œuvres d'art. Après trois mois de séjour il regagne le France. En 1978 à Madrid il expose ses toiles dans de meilleures conditions. Les médias (la presse, radio, télévision) présentent cet événement

Dans son œuvre on peut distinguer deux périodes et deux styles très différents, ce sont des périodes très productives. Dans sa jeunesse il exécute des peintures surréalistes avec les couleurs de basse fréquence où dominent des verts, des marrons, où éclatent souvent très fort des rouges. Au bout d’une période de recherche des différentes techniques et façons d’expression vers les années 1980 il arrive par l’abstraction à l’art non-figuratif. Puis pendant la dernière période de son œuvre, il peint des tableaux expressifs, ce sont les images figuratives et non-figuratives.

Il a connu ses succès pendant cette période de création excessivement prolifique. À cette époque l’amour pour le figuratif et la confiance totale dans une iconographie concrète, même dans les spéculation les plus osées de l’esprit tiennent Szabo éloigné de l’abstrait comme d’un raccourci déloyal. Modernité des moyens qui signèrent la poursuite de l’œuvre hors du champ défini par le cadre, ampleur baroque, à la Rubens des corps et des formes, précisions gothique des contours. Sa peinture, fruit de longs efforts, d’un métier qui fait penser aux plus grands, est un message douloureux. Un message issu d'un monde inconnu.

Ces qualités, il faut remonter loin dans l’histoire des ateliers pour en trouver de comparables chez les maîtres flamands de l’huile. Ses compositions sont imprégnées de mouvements, certes, mais si les gestes sont puissants ils sont plus fermes que violents, plus musculeux que nerveux. Et surtout toujours humains. C’est en cela que cette œuvre se distingue totalement de réminiscences fantastiques qu’un œil trop rapide peut susciter, celles de Jerôme Bosch ou celle de Dali.

« Tant que les êtres humains existent, les créations devraient être inspirées par êtres humains et par tous leurs rêves fantastiques ; infinis ; inépuisables ; mêmes si ça touche, dans ce domaine, une sorte de délire. Notre profonde réalité n’est-elle pas dans nos rêves chaque jour renouvelée ? Qui nous libèrent, nous aident à vivre dans une société dans laquelle nous nous sentons, la plupart du temps, prisonnier".

Chez Szabo, il existe aussi une préoccupation profonde des origines de l'homme. Dans sa peinture apparaissent des êtres fantastiques, souvent inquiétants et impressionnants. Manière de montrer la coexistence en nous de ces sentiments primitifs, enfouis, qui remontent jusqu'à la surface et qui envahissent la conscience. Les monstres d’égoïsme sont peints sous des dehors peu rassurants et bestiaux. Lorsque le monstre est figuré, il occupe souvent une partie centrale dans la peinture. Les êtres représentés semblent venir de l’au-delà et expriment ce à quoi chacun est confronté dans la vie; peines ou joies, mais surtout, interrogation face aux grandes questions.

Les choses sont particulièrement éliminées tout comme les paysages, les horiyons et ce qu'on appelle « nature ». Le peintre va au delà de l'apparence figurée des masques ; qui se délites ou tombent, tout comme la fragile armure du drap et du costume. Sous ces carapaces illusoires sous ces haillons en lambeaux apparaît enfin l'homme lui-même. Ces regards qui vont de la tristesse de la fatigue, à la joie pure à la sérénité accompagnent et enveloppent chaque scène et pour mieux nous fixer sur eux, Szabo n'hésite pas à situer hors du cadre l'objet de ces manifestations intimes.

L’instant éclaté et riche d’événements ne tombe jamais dans hallucination ou dans le cauchemar et ne touche jamais au diabolique, mais se raconte lui–même dans une histoire riche de détails ironiques, pathétiques, grotesques, énigmatiques, obsédants, libérateurs, baignant toujours dans les couleurs qui par elles–mêmes dispensent déjà de toute réflexion. Il réveille en nous les résonances profondes, qui sont traduits là, dans une technique et des couleurs qui refusent, elles aussi la facilité, mais au contraire, glorifient la beauté.

Après plusieurs années de recherches basées sur le rythme et l'harmonie des couleurs, après avoir brûlé dans la liberté d'expression comme le désir de toute forme de création, Joseph Szabo a ressenti le besoin de se tourner vers une nouvelle figuration très contemporaine. Il atteint ainsi une dimension nouvelle.

À partir de la fin des années de 1970 ses peintures représentent des éléments et des formes géométriques qui composent l'ensemble des têtes et des figures humaines. Les contours sont clairs, vifs, la composition bien étoffée.

Ainsi Joseph Szabo arrive à une nouvelle dimension: sortant du monde étrange, bizarre des songes fantastiques il entre réellement dans un monde éclatant, coloré et en même temps c'est un monde savant et simplifié.

Sa nouvelle technique est l’aérographe. Les peintures, les tableaux exécutés pendant les deux dernières décennies de sa vie sont expressifs, de style des mosaïques. Ces œuvres ne quittent plus la maison du peintre. Incontestablement elles portent les marques des mains de Szabo, mais la plupart d’entre elles ne sont même pas signées. En 2010, L'année de sa mort il a expliqué: « ...pratiquement ces tableaux sont prêts: il leur manque encore deux ou trois mises au point, et le vernis: Après cela ils seraient plus beaux ». 

Dans ses dernières années, Szabo a fait beaucoup de statues. Elles représentent des corps humains costaux, machinaux, statiques : comme les robots. Ses peintures, ainsi que ses statues reflètent ces angoisses comme la statue monumentale de la ville de Sète, comme un Golem avec sa hauteur de 7 mètres.


1967 : Chicago, Los Angeles, Montréal
1973 : Manzini Galérie d’Arte - Milan
1976 : Galerie Bernard Letu - Genève
1976 : Galerie Plexus - Chexbres
1977 : Galerie Chiron - Paris
1978 : Musée Fabre - Montpellier
1978 : Madrid
1980 : Musée Paul-Valéry - Sète
1981 : Musée Colombier - Alès
1981 : Galerie Malaval - Lyon
1982 : Musée d’Évreux Ancien Évêché - Évreux
1982 : Musée du Berry – Bourges
1987 : Galerie l'Arche - Alès
1990 : Galerie d'art contemporain - Vichy
1991 : Espace Gard - Nîmes
2012 : Bakonyi Ház - Sopron
2014 : Makláry Fine Arts - Budapest
2016 : Hal Köz Galéria - Debrecen


1er Prix à l'Exposition des peintres hongrois aux beaux-Arts de Paris (1958)
1er Prix international de peinture au Festival d'art graphico-plastique de Saint-Germain-Des-Près (1975)
Grand Prix humanitaire de France (avec Médaille Vermeil)
Lauréat du Mérite belgo-hispanique - Promotion Reine Fabiola (avec Palmes d'Or) (1975)
Lauréat de Paris-Critique à l'Ordre d'Officier (avec Palme d'Or)