Nouveautés antiquités & vintage

vase-gallle-3
Vase Gallé
1400,00 CHF
vase-galle-14cm-image2
Vase Gallé (14cm)
900,00 CHF

Staritsky Ania
(1908-1981)

Eglise (1960)
modificateur de prix des variantes :
Prix de base avec taxes
Prix de vente avec réduction
1200,00 CHF
Remise
Montant des Taxes
Prix / Kg:
Description du produit

Huile sur papier datée de 1960

50 cm x 65 cm

En parfait état

Sans cadre

Ref: 470-E3-10

 

Ania Staritsky (1908-1981)

Née Anna Guéorguievna Staritskaya, en 1908 à Poltava, Empire Russe (aujourd'hui Ukraine) et décédée en 1981 à Paris.

Peintre et graveuse belge d'origine russe.

Anna ou Aniaa est née dans une ancienne famille aristocratique russe et ukrainienne. Son père Georgiy Yegorovich Staritsky était avocat et conseiller d'État. Son oncle est le bio-chimiste « père de la science soviétique » Vladimir Vernadski.

Très jeune, elle se passionne pour le dessin, la musique et la poésie. Elle reçoit une éducation soignée, et à la mort de sa mère en 1921, elle part vivre à Moscou, chez sa tante. Elle a comme premier professeur de dessin la fille de Tolstoï, Tatiana Soukhotina-Tolstaïa et Vladimir Favorsky.

À 14 ans, elle séjourne en France pendant sept mois soigner une tuberculose pulmonaire dont elle souffre des séquelles toute sa vie. Elle s'installe ensuite à Prague, chez son cousin l'historien George Vernadsky. Elle étudie ensuite en Bulgarie jusqu'en 1931 aux Beaux Arts de Sofia.

En 1932, elle s'installe à Bruxelles et étudie la publicité à la Cambre. Là, elle rencontre Elisabeth Ivanovsky, qui devient sa sœur spirituelle : partageant « le lait et la miche de pain qui constituent leur unique nourriture pendant les jours difficiles ». Elle travaille comme dessinatrice publicitaire de 1933 à 1940. Elle peint également des portraits. Elle expose quelques œuvres durant l'hiver 1943-1944 à Bruxelles.

En 1941, elle rencontre le peintre belge Bill Orix, pseudonyme de Guillaume Hoorickx (1900-1983) qui est médecin. Orix participe à la résistance belge et travaille pour les renseignements soviétiques. Orix et Staritsky sont arrêtés, le premier est déporté à Mauthausen.

Carrière à Paris

Après la guerre, ils se marient. Le couple s'installe en France d'abord à Nice puis à Paris.

Elle pratique alors l'abstraction et rejoint les mouvements d'avant-garde, et en particulier le Salon des Réalités Nouvelles, où elle expose de 1951 à 1956. En 1957, le couple se sépare.

Elle tient un salon dans son atelier parisien recevant notamment Serge Charchoune, Sonia Delaunay, Frank Popper. Sa peinture abstraite est « une peinture d'effusion pure, très nourrie de matière, et ses gouaches poétiques et dynamiques » incluent du lettrisme, des textes en russe ou français, jeux typographiques et autres calligrammes.

Elle pratique le collage, jouant de papiers froissés, du bois, des pierres, etc. Elle abandonne peu à peu la peinture à l'huile, ses poumons ne supportant plus les odeurs de térébenthine.

À partir des années 1960, la peintre s'intéresse à la gravure sur bois et à la lithographie. Elle illustre ou crée des livres uniques de poésies avec les poètes Pierre Albert-Birot (La Belle Histoire. Poème narratif), Michel Butor (Rêve de conjurations), Robert Droguet (L'Espace à fresque), Guillevic (De La Prairie), Thomas Owen (Le Jeu Secret) ou Gaston Puel (Mythologies du Dimanche).

Elle expose régulièrement à Paris et Bruxelles durant sa vie aussi bien dans des expositions personnelles que collectives. Bien que séparé de son épouse, Bill Oryx a renoncé à la peinture et se dédie à défendre celle d'Ania Staritsky.

Ania Staritsky s'éteint le 13 avril 1981 à Paris. Elle est enterrée au cimetière Montparnasse.