Nouveautés

max-ernst-composition-44-37cm
Ernst Max
1200,00 CHF
charles-monnier-village-65-92cm
Monnier Charles
3600,00 CHF
andre-teleki-le-violoniste-45-38cm
Teleki André
1800,00 CHF
pierre-bonnard-dingo-38-28cm
Bonnard Pierre
1800,00 CHF
aime-barraud-les-peches-42-50cm
Barraud Aimé
6500,00 CHF
Janebe
2600,00 CHF
leon-berthoud-barque-23cm-35cm
Berthoud Léon
2400,00 CHF
theophile-robert-44-32cm
Robert Théophile
750,00 CHF
picasso-balzac-49-32cm-1931
Picasso
500,00 CHF
henri-chatillon-la-sagne-65-81cm
Châtillon Henri
1200,00 CHF
william-aubert-54-77cm
Aubert William
3500,00 CHF

Offres du mois

Aucune image
Bréchet André
450,00 CHF
henri-chatillon-ferme-jurassienne-39-61cm
Châtillon Henri
450,00 CHF
aldo-patocchi-fuochi-di-primavera-45-33cm
Patocchi Aldo
120,00 CHF
jacques-villon-composition-49-34cm-1927
Villon Jacques
450,00 CHF
picasso-joueur-de-flute-55-37cm-1959
Picasso
150,00 CHF
kontorowiz-villa-en-hiver-27-34cm
Kontorowiz
450,00 CHF
jean-pierre-remon-neige-aux-franches-montagnes-60-79cm
Rémon Jean-Pierre
450,00 CHF
jean-adam-gravure-originale-nu-26-13cm
Adam Jean
250,00 CHF
hermann-jeannet-alger-41-31cm
Jeannet Hermann
450,00 CHF
marcel-masson-hotel-du-nord-45cm-54cm
Masson Marcel
750,00 CHF
charles-wellens-dunes-du-limbourg-35-50cm
Wellens Charles
850,00 CHF
hans-erni-chevaux-29-36cm
Erni Hans
650,00 CHF

Masson Marcel

Hôtel du Nord (Paris)
modificateur de prix des variantes :
Prix de base avec taxes
Prix de vente avec réduction
750,00 CHF
Remise
Montant des Taxes
Prix / Kg:
Description du produit

Huile sur toile

45 cm x 54 cm

Tableau acheté en galerie dans les années 80

En parfait état

Sans cadre

 

Marcel MASSON (1913-1988)

Peintre français né en 1913. Sociétaire du Salon d'Hiver, du Salon de l'Ecole Française, du Salon des Indépendants.

Médaillé aux Artistes Français ainsi qu'à Arts, Sciences et Lettres.

Expositions en France et à l'étranger. Plusieurs acquisitions par la Ville de Paris. Choisi avec trois autres artistes pour l'Exposition de Caracas (Vénézuela) de 1962.

Prix de Montmartre.

Nul après Utrillo n'a évoqué les sites de la Butte avec plus de vérité que Marcel Masson. lui-même enfant de Montmartre. Mais ce qui, chez beaucoup de réalistes, ne demeure que narration facile et anecdote, devient chez lui éléments d'harmonie et de style, harmonie rare dans des tons dit « mineurs » (mais combien riches !) et composition sobre et toujours sûre. Expression d'un peintre aujourd'hui en pleine maturité, d'un artiste, ami de Vlaminck, et comme lui franc, sain et pénétré d'une humanité profonde.

 

Marcel MASSON alias Antoine Blanchard

Né dans une famille de petit industriel en menuiserie. Il apprend le dessin à Blois et intègre l'École des beaux-arts de Rennes en 1929. Trois ans plus tard, en 1932, il monte à Paris à l'École nationale supérieure des beaux-arts.

Reconnu par ses pairs, il obtient, après trois années d'études, le Prix de Rome en 1935. Il a servi dans l'armée française dans la Seconde Guerre mondiale. Après la guerre, il a remporté un prix du ministre français des Beaux-Arts et exposées dans les meilleures galeries à Paris.

Son père le rappelant auprès de lui pour s'occuper de l'entreprise familiale, il va pratiquement abandonner le dessin qu'il ne reprendra qu'en 1948. Marcel MASSON commence sa carrière comme décorateur pour le théâtre et le cinéma. Il est ensuite conseillé par Vlaminck lorsqu'il aborde la peinture de chevalet. Les murs de Montmartre et de la banlieue sont ses sujets de prédilection dans un style qui évoque les œuvres de l'artiste Japonais Oguiss. La galerie Marie Wild l'a accroché à ses cimaises.

Au salon de 1958, il expose trois toiles : Rue des Norvins sous la neige, Mairie du vieux-Montmartre et Devant l'église Saint-Pierre.

Afin de séduire une clientèle américaine, il adopte une palette plus claire et peint des scènes du Paris des années 1900. Nombre des sujets et de scènes qu'il a peintes sont issues d'une collection d'images des rues de Paris de la fin du xixe siècle. Il adopte, en feuilletant au hasard le bottin, un pseudonyme et signe « Antoine Blanchard » ; il va alors se lancer dans une production effrénée de toiles de qualité, dans un style mettant en scène le Paris de la Belle Époque influencé par l'art d'Eugène Galien-Laloue. Son succès fut instantané et ne se démentira pas.

Les toiles signées de son pseudonyme jouissent d'une cote importante, par comparaison avec les peintures plus intimistes signées de son vrai nom.

Il décède à l'âge de 78 ans.