Nouveautés

Aucune image
Moore Henry
380,00 CHF
maricela-mexicanisimas-catrina-80-60cm-2017
Maricela
900,00 CHF
maricela-mexicanisimas-5-100-100cm-2017
Maricela
1500,00 CHF
andre-teleki-le-violoniste-45-38cm
Teleki André
1800,00 CHF
galya-didur-puppeteer-80-60cm-2019
Didur Galya
2800,00 CHF
picasso-balzac-49-32cm-1931
Picasso
500,00 CHF
galya-didur-basel-town-hall-100cm-80cm-2017
Didur Galya
4500,00 CHF
max-ernst-composition-44-37cm
Ernst Max
1200,00 CHF
charles-monnier-village-65-92cm
Monnier Charles
3600,00 CHF
Aucune image
Aubert William
3500,00 CHF
maricela-mexicanisimas-7-120cm-60cm-2017
Maricela (2017)
1500,00 CHF
pierre-bonnard-dingo-38-28cm
Bonnard Pierre
1800,00 CHF

Evard André

Soleil couchant (1961)
modificateur de prix des variantes :
Prix de base avec taxes
Prix de vente avec réduction
2400,00 CHF
Remise
Montant des Taxes
Prix / Kg:
Description du produit

Huile sur panneau, 1960

Ce tableau est difficile à photographier car le vernis est brillant avec des empâtements

Le peintre a indiqué 3 dates au dos  - sans doute pour tenir compte des ajouts successifs

Ce tableau a été exposé au Musée (Neuchâtel?) en 1975

27 cm x 41 cm

En parfait état

Cadre d'origine offert  en l'état (Large cadre noir)

Oeuvres d'André Evard en vente sur notre site

ANDRE-EVARD      

André EVARD (1876-1972), peintre surréaliste

Né le 1er juin 1876 à Renan (BE), mort le 23 juillet 1972 à La Chaux-de-Fonds. 

De 1905 à 1909, Evard suit un apprentissage de bijoutier-joaillier à l'Ecole d'art de La Chaux-de-Fonds, et fréquente parallèlement le Cours supérieur de Charles L'Eplattenier. 

Il effectue dès 1907 de nombreux séjours d'études en Italie et en France. Evard expose en 1924 et 1925 au Salon d'automne et en 1925, 1926, 1927 et 1931 au Salon des indépendants de Paris. Une rétrospective lui est consacrée au Musée des beaux-arts de La Chaux-de-Fonds en 1951. 

Bibliographie: Jean-Marie Nusshaum, Lucien Schwob, André Evard, Grandson, 1972.

 

André Evard peintre du soleil. 

Le peintre chaux-de-fonnier André Evard après des oeuvres de jeunesse dans la voie du symbolisme, de l'art nouveau puis d'un cubisme qui fait l'avenue de ses futures abstractions, le peintre établit sa vision dans une voie si personnelle qu'elle lui vaut les ostracismes tenaces du bien-pensant artistique local. 

Cela n'empêche pas ce passionné de planter jusqu'aux ultimes moments de sa vie, achevée en 1972, ses paysages aux pâtes lourdes incandescentes de ciel. Au centre d'un soleil qui défie et se confie au-delà du bon goût, n'ose-t-il pas, cet insensé, poser sa signature en remous de ruisseau ? 

Une création forte et déboussolante.

(Extrait d'un article paru le 24 septembre 1992 lors de la rétrospective organisée à Thielle par Pierre von Allmen "80 ans de création au fil du siècle".)