Quelques nouveautés et offres

guy-lamy-paris-26-21cm-1952
Lamy Guy
(1914-2000)
450,00 CHF

Fischer Eva
(1920-2015)

Au bord de la mer (1955)
Variant price modifier:
Base price with tax
Salesprice with discount
750,00 CHF
Discount
Tax amount
Price / kg:
Description

Huile - petit format

29 cm x 35 cm

En parfait état

Cadre d'origine offert

Oeuvres d'Eva Fischer en vente sur notre site 

Ref : 519-EEG

 

Eva Fischer (1920-2015)

Eva Fischer est née à Daruvar dans la ex-Yougoslavie, le 19 Novembre 1920.

Vis en Italie depuis 1941 et à Rome depuis 1946.

Eva Fischer est diplômée de l´Académie des Beaux Arts de Lyon.

A voyagé autour du monde dans une époque difficile et tortueuse avec ses tableaux sous le bras.

A exposé à ses débuts le long de Via Margutta. Ses amis et collègues étaient Mafai et Guttuso, Cagli et Amerigo Tot, Luigi Bartolini, Maccari Arnoldo Ciarrocchi, Emilio Greco et beaucoup d´autres.

Sa première exposition personnelle a eu lieu à Rome, en 1947, près de la Galerie «La Finestra».

 

Un siècle d'Eva Fischer 

Sa vie a eu des nuances claires et sombres, rappelez-vous juste quand après la déportation de son père aux mains des nazis, elle a dû fuir Belgrade. Choisir de se rendre sur les rives de l'Adriatique. Elle obtint l'autorisation de quitter le camp de rassemblement de l'île de Curzola pour se rendre à Bologne, où elle vécut sous un faux nom et collabora avec les partisans. Autorisation demandée pour soigner sa mère malade et acquise grâce aux portraits qu'elle avait fait de soldats italiens.

À la fin de la guerre, elle a choisi Roma comme lieu pour reconstruire sa vie et est devenue une représentante de l'école romaine d'après-guerre dont elle était la dernière représentante vivante.

Elle s'éloigne sporadiquement de la Ville Éternelle pour passer quelque temps à Paris afin de continuer à parler avec un ami Marc Chagall. elle s'est rendue également à Madrid pour affronter Pablo Picasso et Salvador Dal.

Eva aimait échanger des opinions, des points de vue qui s'inscrivaient dans les mutations de la société de l'époque, dans la reconstruction et dans le miracle économique des années 1950 et 1960.

Elle a été une protagoniste de la culture tout au long de sa vie, nommée "artiste européenne" des décennies avant l'actuelle Union européenne, puis Chevalier de la République par le président Napolitano.

Une vie pleine de partage avec des personnalités politiques et économiques. artistique et plus encore.

Elle était une figure incontournable du XXe siècle, mais aussi du début des années 2000.

Sa phrase récurrente "Ce n'est pas de l'art si une oeuvre ne crée pas d'émotions" est gravée sur la tombe.

Un désir ancestral dès ses 65 ans l'a amené à créer des œuvres sur des toiles particulièrement grandes (140 x 200 cm.) avec un désir irrépressible de fixer ce qu'elle ressentait, voyait et imaginait. sans frontières de nuances, d'images ni de taille.

Son secret dans lequel elle interprète l'Holocauste et dont elle avait aussi caché la réalité durant quarante ans, est peut-être le seul thème la laissant sans possibilité d'évasion. Mais elle, en tant qu'artiste, a su avec un tel sujet créer de "belles évasions picturales" en mettant en scène ces horreurs, ses souvenirs douloureux qui ne l'ont jamais quittées.

Eva Fischer a vécu intensément pendant près de 95 ans. en difficulté en tant que femme. en tant que Juif. en tant qu'artiste. comme les trois choses auxquelles elle croyait parce qu'elle était toujours convaincue de tout ce qu'elle était.

Certains se souviennent de ses grands yeux noirs, de sa grâce, mais surtout des couleurs de ses toiles, souvent mélancoliques, toujours enrichies des transparences créées par son style très personnel.

Ennio Morricone a affirmé que son trait était doté d'une force masculine

(...)

La Fondation Eva Fischer est en cours d'achèvement - retardée en raison du Covid-19 - son but est de poursuivre les enseignements d'Eva pour le développement et la diffusion de la culture.

Le président de la République Sandro Pertini déclare à Oriana Fallaci lors d'un entretien le 27 décembre 1973 : « La culture, c'est avant tout créer une conscience civile, faire en sorte que ceux qui étudient soient conscients de la dignité. Un homme de culture doit réagir à tout ce qui heurte sa dignité, sa conscience. Sinon, la culture ne sert à rien.

(...)

Source: Stefano Wachsberger (novembre 2020)

 

Artistes

Recherche dans le shop

Votre Panier

 x 

Cart empty

Nombre de visiteurs

Aujourd'hui : 300

Hier : 379

Cette semaine 1583

Month 4258

All 445351