Nouveautés

janebe-77cm-77cm-1973
Janebé (1973)
3600,00 CHF
janebe-paysage-italie-50-70cm-1957
Janebé
(1907-2000)
2400,00 CHF
robert-rayme-55-46cm-1994
Rayne Robert
650,00 CHF
dominique-froidevaux-semence-50-68-50cm-1984
Froidevaux Dominique
6500,00 CHF
marie-rose-zuber-vole-qui-peut-40-43cm-1986
Zuber Marie-Rose
2400,00 CHF
gottfried-helnwein-erdbeben-36-45cm
Helnwein Gottfried
1500,00 CHF
ernst-wolf-schnee-eulen-53-33cm-1975
Wolf Ernst
250,00 CHF
h-grieder-77-60cm-1977
Grieder H.
750,00 CHF
j-muller-11cm-15cm
Müller J
120,00 CHF
andre-louis-freymond-60-30cm-1979
Freymond André-Louis
1500,00 CHF
rosina-wachtmeister-39-30cm
Wachtmeister Rosina
1200,00 CHF
theodore-streit-port-de-bale-42-60cm
Streit Theodor
850,00 CHF
colliard-cabanes-2005
Colliard Roland
350,00 CHF
philippe-gigon-reminiscence3-50-50cm-1994-vignette
Gigon Philippe
650,00 CHF
hippolyte-boschung-poya-1987
Boschung Hyppolite
4500,00 CHF
Moreno Salvador
1200,00 CHF
aurele-barraud-composition-aux-poires-44cm-33cm
Barraud Aurèle
1500,00 CHF
murielle-argoud-jardin-100cm-80cm-2015
Argoud Murielle
1800,00 CHF
hernann-sandoz-le-doubs-50cm-65cm-1956
Sandoz Hermann
1800,00 CHF

Nouveautés antiquités & vintage

Godly Conrad Jon
(1962, Davos)

Le chapeau jaune (1986)
Variant price modifier:
Base price with tax
Salesprice with discount
1400,00 CHF
Discount
Tax amount
Price / kg:
Description

Dessin, technique mixte, 1986

Oeuvre de jeunesse

44 cm x 37 cm

En parfait état

Sans cadre

Oeuvres de Conrad Godly en vente sur notre site

Ref: EEG-T2

 

Conrad Jon Godly 

Conrad Jon Godly wuchs in Davos auf.

Von 1982 bis 1986 genoss er eine Ausbildung an der Hochschule für Gestaltung und Kunst Basel, in der Malfachklasse von Franz Fedier. Während eines USA-Aufenthalts von 1986 bis 1987 erfolgten erste Arbeiten im Medium der Fotografie. Daraufhin arbeitete Godly ausschliesslich mit Fotografie. Er realisierte eine internationale Karriere als Fotograf für Zeitschriften und Werbung.

2004 kehrte er in seine Heimat in den Bündner Bergen zurück und wandte sich wieder der Malerei zu. Während vier Jahren malte er nur für sich, wobei Landschaften und insbesondere das hochalpine Gebirge Graubündens seine bevorzugen Sujets waren.

Von 2008 bis 2009 bezog er ein Atelier in Wien. Erstmals zeigte er Werke 2008 in der Jahresausstellung des Bündner Kunstmuseums in Chur.

Seither stellt Conrad Jon Godly regelmässig in Zürich, London, im Engadin und in Japan aus. Seit 2014 ist er mit der japanischen Künstlerin Kazuyo Okushiba verheiratet.

 

Conrad Jon Godly

Conrad Jon Godly a grandi à Davos.

De 1982 à 1986, il étudie à l'Académie des Arts et du Design de Bâle, dans la classe de peinture de Franz Fedier. Lors d'un séjour aux États-Unis de 1986 à 1987, il réalise ses premières œuvres dans le médium de la photographie.

Godly travaille alors exclusivement avec la photographie. Il réalise une carrière internationale de photographe pour des magazines et de la publicité.

En 2004, il rentre chez lui dans les montagnes des Grisons et se tourne à nouveau vers la peinture.

Pendant quatre ans, il ne peint que pour lui-même, les paysages et en particulier les hautes montagnes alpines des Grisons étant ses sujets de prédilection.

De 2008 à 2009, il s'installe dans un studio à Vienne. Il a montré des œuvres pour la première fois en 2008 dans l'exposition annuelle du Bündner Kunstmuseum à Coire.

Depuis, Conrad Jon Godly expose régulièrement à Zurich, Londres, l'Engadine et le Japon. Il est marié à l'artiste japonais Kazuyo Okushiba depuis 2014.

Entretien avec Conrad Jon Godly (Extraits)

Après avoir étudié dans la classe de peinture de Franz Fedier, Conrad Jon Godly a eu deux expositions personnelles dans des galeries et a participé à plusieurs expositions collectives, dont la Kunsthalle Basel il a voyagé aux États-Unis pendant un an, où il a principalement dessiné et photographié. De retour en Suisse, Godly a présenté ses photos et a obtenu ses premiers emplois en tant que photographe publicitaire. 

« J'ai commencé à travailler à Paris, Milan, Londres, Munich, Los Angeles et dans de nombreuses autres métropoles pour des magazines de mode et de glamour bien connus. Pendant 18 ans, cela resta son activité jusqu'au jour où il en eut assez et retourna à ses racines de peintre, dans la cabane reculée de son grand-père. La montagne a joué un grand rôle pour moi dans mon enfance, car je suis né à Davos au milieu des montagnes et j'y ai grandi. En été, je faisais de la randonnée avec mes parents et ma sœur, mon père était un alpiniste accompli et un moniteur de ski, donc en hiver, nous passions chaque heure libre sur les skis. (...) En tant que photographe, voyager était mon quotidien. Chaque semaine, je devais faire mes valises, je vivais dans des avions et dans des hôtels, pour ainsi dire. J'ai vu beaucoup de monde et j'ai vécu à l'étranger pendant de nombreuses années. J'ai souvent travaillé à Los Angeles, où j'ai photographié de nombreuses personnalités du cinéma et du spectacle. Je dirais que cette période m'a le plus marqué.

En 2004, une nouvelle phase de vie a commencé. Je me suis retiré dans la cabane de mon grand-père dans les montagnes suisses et j'ai repris la peinture. 

18 ans à toujours voyager c'est long, et à l'époque je me suis demandé si je voulais continuer comme ça ou s'il n'y avait pas quelque chose dans lequel je voyais plus de sens à la vie ? L'entreprise dans laquelle j'ai travaillé est très superficielle et j'aspirais à plus de substance. J'avais toujours gardé la peinture dans un coin de ma tête et c'était le bon moment pour la reprendre.

L'immense puissance de la montagne, de la nature par excellence, nous remet à notre place et nous montre à quel point nous sommes insignifiants. 

Pour moi, la montagne est certainement plus qu'une montagne. Ma peinture n'est jamais une représentation, que ce soit une montagne, la mer ou la nature - je m'intéresse plus à l'essence et à l'énergie des choses et de la nature. Comment puis-je les mettre sur ma toile ? C'est le défi que je me suis lancé en tant que peintre. L'immense pouvoir de la montagne, de la nature par excellence, nous remet à notre place et nous montre à quel point nous sommes insignifiants et petits. Si vous vous déplacez assez souvent dans la nature, l'autoréflexion s'installe automatiquement.

Je ne me considère pas comme un paysagiste. Comme je l'ai dit dans la réponse précédente, je suis intéressé à créer des énergies similaires avec ma peinture comme le fait la nature. Bien sûr, je ne peux le faire que dans une mesure limitée. La puissance et la beauté de la nature ne connaissent pas de concurrence. Je ne peins pas de portraits de montagnes, mes montagnes n'ont pas de nom, elles viennent de mon imaginaire. Avec ma peinture, j'essaie de ne faire qu'un avec la nature.

En tant que photographe, j'ai appris ce que signifie la lumière et comment lire la lumière. En tant que photographe, vous apprenez également à composer une image. La composition est d'une grande importance dans la photographie et la peinture. Mais en tant que photographe, j'ai aussi profité de mes études de peinture, notamment en ce qui concerne la composition de l'image. J'ai donc bénéficié de cette expérience dans deux métiers différents de part et d'autre.

Si vous vous tenez près d'une de mes peintures, vous voyez une image abstraite. Ce n'est qu'avec une distance suffisante que la peinture commence à prendre des formes réalistes. Je n'ai jamais essayé consciemment de créer cela, c'est juste arrivé, à travers la peinture quotidienne. J'ai été surpris moi-même quand j'ai remarqué cet effet pour la première fois. Par contre, j'essaie de réduire de plus en plus. Ici aussi, il s'agit finalement de l'essentiel. Quel est l'essentiel, combien faut-il pour représenter quelque chose ? Je me déplace toujours à la frontière de l'abstraction et je le ferai de plus en plus à l'avenir.

(La peinture à l'huile est mon médium ! J'aime la consistance de cette peinture et aussi son odeur. C'est un matériau vivant par rapport à la peinture acrylique. Les applications de peinture très empâtées font de mes images quelque chose entre la peinture et la sculpture et donnent à mes œuvres cette tridimensionnalité.

Sans croquis et sans contours, je peins directement sur la toile. C'est mon "champ de bataille" !

Je voyage au Japon chaque année depuis 16 ans. Ce pays est ma deuxième maison. Je suis fasciné par l'esthétique de la peinture et de la calligraphie japonaises, mais je ne les ai jamais étudiées consciemment ni touché à la calligraphie. Un artiste occidental ne devrait même pas essayer ça, c'est uniquement destiné aux asiatiques, eux seuls le comprennent et peuvent le faire ! La calligraphie nécessite une vie de pratique. Je suis également marié à une Japonaise.

Les parallèles entre ma peinture et la calligraphie japonaise sont involontaires et purement fortuites. Malgré cela, mes œuvres sont très appréciées et comprises au Japon, en Corée et en Chine. Les Asiatiques regardent les peintures avec des yeux différents de ceux des Occidentaux. Ils savent vraiment lire les images, ils étudient de très près le coup de pinceau, dans quelle direction le pinceau est dirigé et comment il peut ainsi générer certaines énergies. Ils s'intéressent à l'essentiel et non aux illustrations. La préparation mentale est essentielle pour ma peinture. C'est une sorte de médiation. La concentration est la partie la plus importante de mon travail. À cet égard, il existe un autre parallèle avec la peinture et la calligraphie asiatiques.

Je ne prévois rien sauf ma prochaine série d'œuvres. Je laisse les choses venir et je fais confiance au destin.

Source de cet entretien : www.stayinart.com/