Nouveautés

max-theynet-jura-enneige-50-60cm
Theynet Max
2400,00 CHF
yawo-composition-avec-bordures-peintes-72-100cm
Yawo
Artiste togolais
1600,00 CHF
yawo-centre-ville-69-93cm
Yawo
Artiste togolais
1200,00 CHF
william-rothlisberger-fleurs-35-30cm
Rothlisberger William
1500,00 CHF
aime-barraud-chrisanthemes-jaunes-51cm-61cm
Barraud Aimé
2800,00 CHF
yawo-les-5-cavaliers-72-117cm-2010-2015
Yawo
Artiste togolais
2400,00 CHF
yawo-les-porteuses-d-eau-64-66cm-2010-2015
Yawo
Artiste togolais
1000,00 CHF
pierre-lavanchy-personnages-63-48cm
Lavanchy Pierre
1200,00 CHF
pierre-lavanchy-nu-50-35cm
Lavanchy Pierre
750,00 CHF
pierre-lavanchy-manege-64-49cm
Lavanchy Pierre
1200,00 CHF
pierre-lavanchy-deux-bateaux-28-40cm
Lavanchy Pierre
750,00 CHF
rene-zwahlen-rade-de-geneve-37-52cm-1977
Zwahlen René
1200,00 CHF
bodjol-eglise-50-60cm
Bodjol
900,00 CHF
roger-myhra-planete-magique-60-80cm
Myrha René
1500,00 CHF
philippe-zysset-les-mayettes-50-60cm
Zysset Philippe
800,00 CHF
marie-rose-zuber-fleurs-et-fruits-18-19cm-1980
Zuber Marie-Rose
650,00 CHF
bregnard-zuber-adam-eve-29-30cm-1986
Bregnard Gérard
1300,00 CHF
francois-gos-gasenried-valais-46cm-55cm-1945
Gos François
900,00 CHF
madeleine-woog-la-danseuse-42cm-52cm
Woog Madeleine
4500,00 CHF
charles-l-eplattenier-tempete-au-mont-racine-65-90cm-1929
L'Eplattenier Charles
6500,00 CHF
pierre-lavanchy-le-cri-63cm-48cm
Lavanchy Pierre
750,00 CHF
lucien-schwob-florence-65-100cm-1937
Schwob Lucien (1937)
7500,00 CHF
e-voegeli-port-de-clarens-46-61cm
Voegeli Ernest
850,00 CHF
tinguely-19-26cm
Tinguely Jean
2800,00 CHF
jean-tinguely-retable-35-50cm
Tinguely Jean
6500,00 CHF
alberto-giacometti-55cm-74cm
Giacometti Alberto
6500,00 CHF
roger-tissot-portuaire-50-65cm-2006
Tissot Roger (2006)
4800,00 CHF
f-milo-barques-21-34cm
Milo Frank
650,00 CHF
charles-de-ziegler-geneve-60-45cm
De Ziegler Charles
650,00 CHF
edmond-leuba-le-port-50cm-65cm
Leuba Edmond
750,00 CHF
lermite-pour-un-arbre-64cm-19cm-1967
Lermite (1967)
3300,00 CHF
guy-lamy-st-ursanne-49-64cm-1977
Lamy Guy
1600,00 CHF
edouard-jeanmaire-campagne-geneve-26-34cm-1873
Jeanmaire Edouard
2400,00 CHF
jean-duvoisin-27-35cm-1958
Duvoisin Jean
750,00 CHF
charles-huguenin-aux-bulles-43-49cm
Huguenin Charles
850,00 CHF
aurele-robert-eglise-46cm-39cm-1870
Robert Aurèle
3500,00 CHF
maurice-mathey-28-37cm-1918
Mathey Maurice
1200,00 CHF
francois-gall-le-vase-bleu-46-27cm
Gall François
3500,00 CHF
Sopel Lyle (Canada)
6500,00 CHF
laure-guyot-37cm-44cm
Guyot Laure-Cécile
2400,00 CHF
aurele-barraud-notre-dame-54-73cm
Barraud Aurèle
2800,00 CHF
mohlitz-estampe-21-29cm-1991
Mohlitz Philippe
650,00 CHF

Offres du mois

aime-barraud-valangin-56cm-62cm-1917
Barraud Aimé
1800,00 CHF
louis-baudit-le-saleve-23-35cm
Baudit Louis
240,00 CHF
seeberg-super-marche-15-18cm-1998
Seeberg
300,00 CHF
camilo-confidence-d-une-harpe-45cm-30cm-1995
Camillo Huber
450,00 CHF
436-37cm-30cm
Signature illisible
450,00 CHF
Liuba-kirova-80-60cm-1992
Kirova Liuba
350,00 CHF
e-wobek-orage-60-80cm
Wobek Ernst
450,00 CHF
wg-rohr-pisse-vache-17-27cm-1945
Grob W.
200,00 CHF
ramelet-lac-neuchatel-28-38cm-1997
Romelet F. (1945)
300,00 CHF
thentorey-le-lavaux-13-23cm-1995
Thentorey Michel
400,00 CHF
grisel-au-balcon-20-14cm
Grisel Claudine
80,00 CHF
a-gogniat-43-53cm
Gogniat
450,00 CHF
a-robert-18-28cm-anniviers-1943
A. Robert (1943)
250,00 CHF
a-hofer-28-20cm-1941
Hoffer A.
250,00 CHF
m-ruffenacht-35-49cm-1986
Rüffenacht M.
450,00 CHF
karel-appel-51cm-66cm
Appel Karel
450,00 CHF
mario-avati-la-boite-a-papillons-22-28cm
Avati Mario
450,00 CHF
a-bourquin-paysage-45-56cm
Bourquin A.
350,00 CHF
henri-meylan-petite-table-64-54cm
Meylan Henri
450,00 CHF
urban-50-40cm
Urban Harry
450,00 CHF
n-tenier-35-46cm-1988
Tenier N.
350,00 CHF
rue-principale-37-44cm
Bruholm Larsen
450,00 CHF
pierre-aubert-maison-massy-a-l-orient-25-18cm
Aubert Pierre
120,00 CHF
andrea-filipovic-31cm-42cm-1992
Filipovic Andréa
450,00 CHF
david-burnand-26-34cm-1953
Burnand David
650,00 CHF
benjamin-vautier-fleurs-35-26cm-1938
Vautier Benjamin
450,00 CHF

Nouveautés antiquités & vintage

masque-gabon-face-33cm
Masque du Gabon
1200,00 CHF
vase-galle-14cm-image2
Vase Gallé (14cm)
900,00 CHF
illustration-chine-piece2-27cm-20cm
Thaïlande 2
650,00 CHF

 

Afin de suivre la réglementation Covid-19

le passe sanitaire est nécessaire

 

 

LA PEINTURE NEUCHÂTELOISE

AU XXème SIÈCLE

DU 4 SEPTEMBRE AU 31 OCTOBRE 2021

Grande vente de tableaux en provenance de collections privées 

  

CHARLES BARRAUD (1897-1997)

AURÈLE BARRAUD (1903-1969)  

MAX THEYNET (1875-1949)

LERMITE (1920-1977)

 

Ouvertures: samedi-dimanche 14h-18h et sur rendez-vous

 

CHARLES BARRAUD 

(1897-1997)

Le poète de la famille

Né en 1897 à La Chaux-de-Fonds, aîné de la fameuse fraterie chaux-de-fonnière, Parallèlement à sa formation d'ouvrier du bâtiment, il suit le cours du soir de I'Ecole d'art de La Chaux-de-Fonds.

De 1922 à 1924, il travaille sur le chantier de la cathédrale de Reims. Il retourne à La Chaux-de-Fonds en 1924 et travaille comme encadreur. De 1925 à 1934, il fait partie du groupement d'artistes la Syrinx.

II voyage en 1935 et 1936 en Afrique du Nord, puis s'installe à Areuse. Dès 1940, Charles Barraud accorde de plus en plus d’importance au paysage, inspiré par les bords mystérieux de l’Areuse et les vergers de Cortaillod.

Charles s’affranchit vite du style réaliste familial. A ses débuts, il opte pour une peinture aux formes rigoureuses, digne de ses ancêtres graveurs. Rapidement, il produit des œuvres empâtées, foncées dans un premier temps, mais qui s’éclaircissent en gammes de gris bleutés et rosés

Avec l’installation dans le Midi de la France à Blauzac dans le Gard vers 1950, il travaille essentiellement sur deux thèmes, les vues épurées et lumineuses de villages provençaux reprises inlassablement et de merveilleuses compositions de personnages vivement colorés, d’une fraîche et candide fantaisie.

Quels que soient leur sujet ou leur époque, les toiles de Charles Barraud témoignent d’une grande sensibilité révélant un artiste raffiné et surtout un poète de la peinture

Charles Barraud a peint cinq grands tableaux de nus dans les années 30-35 dont plusieurs se trouvent dans les musées neuchâtelois. La galerie des Annonciades mettra en vente l'une de ces grandes oeuvres encore disponible.

Il existe peu de tableaux de grandes dimensions réalisés par Charles Barraud. Ce tableau est une découverte à ne pas manquer.

 

AURÈLE BARRAUD

Oeuvres rares - tirages à 10 exemplaires

Un génie de la gravure suisse au XXème siècle

Aurèle Barraud dans ses gravures et ses dessins a su voir les ridicules de l'homme, la fantaisie, l'insolite des situations, mais il a saisi ailleurs quelque chose d'infiniment plus profond, le rapport impalpable entre l'individu et le monde, l'un éphémère, l'autre tout imprégné de sa perpétuité. On devine une inquiétude sous les apparences brillantes, l'attention se porte sur cette beauté immuable qui n'est fragile que parce que l'homme ne sait pas durer. Le peintre doit la capturer, la faire sienne, s'y accrocher et Aurèle Barraud y met une passion d'orfèvre.  (Pierre Kramer)

 

MAX THEYNET 

(1875-1949)

Max-Robert Theynet est né le 18 avril 1875 et décédé le 20 novembre 1949 à Colombier (NE). Il étudie la peinture à St-Gall sous l’enseignement de Jean Stauffacher pendant trois ans, puis, pendant quatre ans, il fréquente l'Ecole des Beaux-Arts de Zurich. Il séjourne ensuite six ans à Paris et travaille dans l'atelier de Luc-Olivier Merson.

De retour à Colombier où il allait passer le plus clair de sa vie, il se consacra surtout au paysage (rives du lac, paysages valaisans et jurassiens), à la nature morte de fleurs et à la peinture sur faïence. Il participa à de nombreuses expositions collectives et individuelles. 

THEYNET MAX les barques

Max Theynet a produit d'innombrables huiles, brossées avec dextérité, traitées à la spatule, éclatantes de matières et de couleurs. Nombreuses de ses œuvres enrichissent des collections privées. Max Theynet a su prendre ses distances avec l’académisme ambiant. Le peintre Maffli dans sa biographie parle de Max Theynet. Il lui a beaucoup appris sur le plan technique et il le considère comme l’un de ses maîtres, «un impressionniste extraordinaire qui m’a donné toute la nervure dans ma peinture.» 

"Les tableaux de Max Theynet sont imprégnés de fauvisme et de postimpressionnisme, livré à son instinct, sans soucis de style. Il a composé une multitude de natures mortes florales, avec une prédilection pour les pivoines qu'il peint vigoureusement. La peinture de Max Theynet s'apparente à celle d'Henry Manguin (1874-1949), peintre méditerranéen dont les paysages, les natures mortes et les fleurs se veulent le bonheur de vivre." Jean-Claude Kunz (novembre 1999).


Austères paysages jurassiens où veillent les sentinelles rigoureuses des sapins et des épicéas. Pentes sauvages des Alpes à la force obscure, qui tels des alpinistes audacieux semblent rejoindre le ciel lointain. La peinture de Max Theynet s'attache à des sujets familiers, apparemment modestes, le lac, les arbres, les fleurs, la montagne. Peu d'anecdote donc, mais un hymne à la nature heureuse, développé au long d'un travail patient que l'on pourrait presque qualifier de sériel, repris d'une saison à l'autre, au fil des ans.Arbres nus dans un hiver de glace qu'égayent les signes de ponctuation de patineurs vifs entraînés dans une danse joyeuse; arbres penchés sur le lac, admirant dans l'eau printanière la délicatesse de leur parure nouvelle; voiliers paresseux se dodelinant sous la brise, mâts dressés dans le ciel d'été, et l'eau alors semble rejoindre l'air, le lac se noie dans le ciel; sous-bois d'automne traversés de chemins où éclate la symphonie claire des ocres, des rouilles, des rouges même des tapis des feuilles mourantes. Fleurs dressées, jaillissant en gerbes larges ou fleurs sûres d'elles, s'arrondissant en bouquets replets.

Max Theynet enregistre l'émotion surgie de presque rien, l'épure et la fait chanter en toiles vivement coloriées, à la forte charpente. Mises en valeur par un trait sûr et des pâtes épaisses, les couleurs éclatent, se marient en harmonies audacieuses que ne renieraient pas les impressionnistes et les fauves, enfantent des contrastes aigus mais toujours maîtrisés.

Max Theynet peint les choses d'une nature où l'homme s'intègre et se fond. Sa main mobile, nerveuse mais toujours sûre, généreuse, nous donne des oeuvres fortes et heureuses, lumineuses et gaies, qui parlent aux yeux et séduisent le coeur. Une peinture du bonheur...

Source: texte de présentation de l'exposition Max Theynet à la salle des ventes de Genève - 10 mai 1989 

 

LERMITE

(1920-1977) 

LERMITE (pseudonyme pour Jean-Pierre Schmid), né le 2 janvier 1920 au Locle, mort le 1er janvier 1977 aux Bayards. Il suit les cours de l'École d'art de Bienne.

Lermite s'installe en 1946 à La Brévine puis en 1954 aux Bayards et élabore un art qui, par une géométrination des formes et une purification des lignes, s'attache à mettre en valeur le charme particulier des vallées du Haut-Jura neuchâtelois. Il effectue quelques voyages en Grèce, au Danemark, en Espagne et séjourne souvent à Cénacle (Haute-Provence).

La démarche de Lermite

De la tête de boeuf au paysage jurassien par Dominique Bosshard 

Pour beaucoup, Lermite est le peintre de paysages jurassiens aux couleurs retenues, proches de l'abstraction géométrique. Siège de la Fondation Lermite créée en 1977 à la mort du peintre, le Musée des beaux-arts du Locle (MBAL) a voulu replacer cette oeuvre dans un contexte plus large, distendre le lien identitaire, affectif, avec la région. 

Avec une «Tête de boeuf» à l'immense langue pendante, pièce de boucherie expressionniste dans un cadre de planches en bois brut, on se sent loin, en effet, des lignes sobres et rigoureuses de certains paysages... Avec «Orphée» (1945), on subit de plein fouet l'influence de Le Corbusier, alors adepte du purisme lancé à Paris dans les années 1920.

«Lermite a fait, géographiquement, le chemin inverse de Le Corbusier», souligne la conservatrice Stéphanie Guex. Né en 1920 au Locle, le futur Lermite est tout d'abord parti suivre une formation à l'Ecole d'art de Bienne. Il est encore Jean-Pierre Schmid, lorsqu'il rencontre le peintre Coghuf, qui restera son ami quand, en 1946, le jeune Loclois s'installe à La Brévine. Dans ce coin de la Sibérie helvétique, il dispose de son propre atelier et il devient Lermite, car tel est le surnom que lui ont donné les habitants.

«Tout au long de sa carrière, Lermite a été tiraillé entre deux pôles», dit encore la conservatrice. Au Travers d'ouvres peu connues, exposées pour la première fois pour certaines, se dessine ce parcours entre la recherche d'une figuration abstraite, d'une rigueur structurelle héritée de l'école française, et une expression, un geste plus libres empruntés à l'école allemande, une ouverture, aussi, à l'abstraction américaine et à la calligraphie orientale.

De la «Dernière Cène» (1944-1947) à «L'arbre foudroyé» (1975), on suit le cheminement de l'artiste, qui abandonne la figure humaine et laisse le soin aux racines enchevêtrées, au végétal mutilé de faire écho à sa Santé défaillante. / DBO

Source : Arc Info,10.5.2007

 

DU 4 SEPTEMBRE AU 31 OCTOBRE 2021

Ouvertures: samedi et dimanche 14h00-18h00 

et sur rendez-vous

 

ENTRÉE LIBRE