Nouveautés

jacques-voyet-73cm-54cm
Voyet Jacques
3500,00 CHF
edmond-de-pury-jeune-femme-48-38cm
De Pury Edmond
3500,00 CHF
coghuf-ferme-franches-montagnes-60-92cm-1953
Coghuf
18500,00 CHF
charles-humbert-marguerites-80-60cm-1949
Humbert Charles
2400,00 CHF
andre-sugnaux-vue-de-romont-fribourg-47-61cm-1977
Sugnaux André
1600,00 CHF
charles-humbert-fleurs-74cm-60cm-1932
Humbert Charles
2400,00 CHF
janebe-paysage-italie-50-70cm-1957
Janebé (1907-2000)
2500,00 CHF
andre-sugnaux-le-calme-50-59-1980
Sugnaux André
2500,00 CHF
marius-chambaz-geneve-l-arve-27cm-35cm-1959
Chambaz Marius
1200,00 CHF
Coghuf-98-68cm-deux-chevaux-serigraphie-1962
Coghuf (sérigraphie)
1500,00 CHF
tony-fusco-14-juillet-52cm-37cm-2004
Fusco Tony
1200,00 CHF
ferdinand-maire-village-en-espagne-50cm-95cm-1960
Maire Ferdinand
3500,00 CHF
jean-lurcat-coq-23-23cm-1961
Lurçat Jean
3300,00 CHF
tony-fusco-ballet-nuptial-72-91cm-2019
Fusco Tony
3600,00 CHF
tony-rusco-mise-en-scene-100-100cm-2017
Fusco Tony
4500,00 CHF

Offres du mois

 MARCHÉ DE NOËL

SAINT-URSANNE - 2019

Avec la peintre mexicaine Maricela SALAS RICO 

Samedi 7 et dimanche 8 décembre 2019

(Stand devant la Galerie des Annonciades)

Samedi de 11h à 20h - dimanche de 10h à 18h 

Maricela SALAS RICO, artiste peintre mexicaine


Je m’appelle Maricela Salas Rico et je suis née à Mexico City en 1970, où j’ai passé toute mon enfance dans un petit appartement que je partageais avec ma mère.

Notre chambre commune était toujours pleine de bouts de tissus et de ciseaux de coiffure (ma mère était coiffeuse à domicile). Je gardais aussi de vieux cartons, que je collais ensemble avec la colle « resistol » de ma grand-mère, pour en faire des petites maisons et des voitures.

Je jouais avec ma boîte de crayons en mariant les couleurs selon mes envies, le rouge avec le bleu, le violet avec l’orange, mais le beige et le brun restaient irrémédiablement seuls, car je ne pouvais pas me les imaginer en couple. C’est à ce moment-là que j’ai appris à tailler mes crayons avec un couteau de barbier.

Sur le chemin de l’école, je levais les yeux vers le ciel pour regarder les avions et me disais que lorsque je serais grande, je voyagerais beaucoup.

Cela devait être merveilleux de voler !

C’est ma marraine qui m’a fait découvrir les arts visuels en m’offrant un livre intitulé « Los cien grandes de la pintura » (les 100 plus grands peintres). Ce livre exerça une grande fascination sur la fillette de 10 ans que j’étais alors.

Plus tard, j’ai d’abord fait des études à l’école de peinture, de sculpture et de gravure « La Esmeralda », à Mexico City, puis à Dublin, en Irlande, au Dún Laoghaire Institute of Art, Design and Technology et ensuite au Bally Fermont Senior College.

Je me suis ensuite installée en Suisse pour fonder une famille. Cette période a été marquée par la naissance de mes deux merveilleux enfants et jalonnée de nombreuses expositions de mes œuvres.

Jusqu’à récemment, je suis retournée vivre quelques années au Mexique, dans le sud-est du pays, dans un village tranquille au bord de la mer.

Ma production artistique n’a cessé de se développer au fil des ans.

Oeuvres de Maricela Salas Rico en vente sur notre site  (en construction)

Mes personnages, constituent le vecteur central de mon œuvre. Représentés dans un style figuratif, ils se caractérisent par une note baroque et parfois humoristique ainsi que par leur affinité avec l’univers du cirque. L’identité sexuelle de mes personnages est ambigüe, tout comme leur âge. Leur physique filiforme est associé à une ligne sans fin, en mouvement perpétuel, incapable de s’immobiliser.

Mon intention, est d’attirer l’attention du spectateur et de le séduire par une représentation simple de l’individu et un recours à des couleurs vives et fortes, qui font également appel aux contrastes. J’essaie ainsi de susciter chez le public l’envie de revenir au langage de l’enfance, d’y goûter et de retrouver une capacité d’étonnement et d’émerveillement quelque peu anesthésiée par la routine de la vie d’adulte.

Mon objectif, est de confronter les diverses expériences humaines entre elles, en alliant les plus simples et atemporelles aux plus nostalgiques ou ludiques, ou encore au plus chaotiques, injustes, utopiques, agressives ou imprévues.

La finalité, de mon œuvre est de nous amener à questionner et à repenser notre mode de vie, nos croyances, notre contexte social et culturel ainsi que notre imaginaire collectif, tout en mettant en lumière notre capacité d’apprendre de nos expériences, de surmonter les situations difficiles et d’assurer notre survie. L’idée est dès lors de se remettre constamment en question, même lorsque nous croyons avoir atteint un équilibre.

Une grande variété de techniques

Il y a tout d’abord la grande variété de techniques, appliquées à divers matériaux: papiers, toiles, tissus, carton-pâte,  Ses “livres-palimpsestes” sont fascinants: vieux livres achetés au marché aux puces, dont les pages sont ensuite agrémentées de dessins, peintures, pensées, découpages, collages, à travers lesquels transparaît parfois le texte d’origine, souligné, troué, colorié, et ainsi relu par l’image.

Richesse de couleurs ensuite, souvent très vives et très contrastées, à la manière latino-américaine, mais aussi très chaleureuses. Un hymne poétique aux couleurs de la vie, elles aussi très variées et contrastées: un bleu profond , un vert tendre, tout d’espérance, des rouges comme le sang qui court dans nos veines. Et même les êtres humains prennent des couleurs différentes, au gré des situations, parce que la vie colorée déteint sur eux.

Tragique et comique

A travers ce jeu de couleurs, il y a toujours aussi une part d’humour. Pas une gaïté superficielle, qui passerait par-dessus la réalité. Les motifs peuvent être tragiques, et la souffrance n’est pas tue, celle de l’emprisonnement, de la haine, du mépris, si bien que parfois “les larmes sont noires”. Mais c’est le propre de l’humour: à travers ce tragique se manifeste aussi le comique, exprimé de multiples manières: c’est lui qui donne au souffle de vie la force de résister, qui anime la danse de l’élévation, qui permet d’aller parler aux étoiles et de partir à la recherche des rêves cachés…

Cet humour à la croisée du tragique et du comique, peut se vivre vivre tout particulièrement à l’occasion des fêtes des morts, célébrations colorées et joyeuses d’une finitude sereine !

Ce tragi-comique, c’est la condition de l’être humain. Même s’il y a parfois aussi des éléphants, des serpents, des tortues ou des baleines dans les peintures de Maricela, les humains y sont omniprésents. Des petits, des grands, des femmes, des hommes, des enfants; rarement seuls, plutôt en couple ou en groupe. Et ce qui frappe, c’est qu’ils sont longiformes, squelettiques, avec des troncs et des membres étirés, un peu à la manière d’Alberto Giacometti. Et souvent dénudés, réduits à l’essentiel. Une manière d’exprimer que la vie ne permet pas de s’asseoir tranquillement et de prendre de l’embonpoint, de s’enrober...

Les humains de Maricela sont en mouvement, ils grimpent, ils dansent, ils attendent et espèrent, ils aiment, ils caressent, ils accueillent et recueillent.

Dans son tableaux intitulé « La dernière goutte de l’humanité » (2015), la figure humaine tire toute sa force du groupe. Le tableau est l’expression d’un cri collectif d’angoisse et de douleur devant notre impuissance à remédier aux tragédies qui nous affectent.

  

Peinture murale "Hommage à la culture Maya", Puerto Morelos, Quintana Roo, Mexique, 2012

About Maricela Salas Rico

I am Maricela, I was born in Mexico City little over 5 decades ago in a small apartment in Mexico City I had my bedroom, which I used to share with my mother, it was constantly full oof illustration cut outs and scissors (my mom was a hairdresser). I also kept pieces of old boxes that I pasted with my grandma’s glue to create little houses and moving cars. I used to play with my wooden pencil case; the colours became couples and married, although the browns were eternal loners. With my mother's hair razor I learned how to sharpen each one of them.

When walking to school I would look at planes flying above me in the sky and I thought “when I grow up I will travel a lot”. Flying must be wonderful! My introduction to the theory of visual arts was with a book called Los 100 Grandest de la Pictura (The100 Greatest Painters) I was 10 years old when my godmother gave me this book and I was enchanted by it. Currently, I live in the south east of Mexico in the tranquil place near the sea, developing my artistic productions evermore.  

Education :

Later on I studied in the School of Painting, Sculpture and Engraving, La Esmeranlda. In Dublin, Ireland, I studied in Dun Laugher Institute of Art Design and Technology and in Bally Fermont Segnior College. Later I travelled to Neuchâtel, Switzerland, and started a family and the new life, I created multiple exhibitions and two wonderful children.

  

Maricela Salas Rico (1970)

Maricela Salas Rico nace en 1970, al sur de la Ciudad de México. Inicia estudios en la Escuela Nacional de Bellas Artes "La esmeralda" en el año de 1990.

En el año 1997 viaja a Dublín, Irlanda y continúa los estudios en Artes Visuales realizando un Diplomado en Artes.

En 1999 regresa a México, estableciéndose en la ciudad de Cancún, realizando múltiples exposiciones y trabajos de campo; se especializa en la técnica de collage así como en la elaboración de papel hecho de fibras naturales.

En el año 2002 viaja a Neuchâtel, Suiza para continuar con su desarrollo artístico. Participa con diferentes asociaciones interculturales como "INTERNOS", "Maloka", "AMEX", Realiza el proyecto del cartel "Les étapes de la vie" (Las etapas de la vida), distinguiendo su trabajo en una modalidad más gráfica e ilustrativa.

En el año del 2004 gana el premio al mejor Cartel de "Journeé Mondiale contre le Racisme" (Día mundial contra el racismo), manteniendo su apoyo a la tolerancia y a la lucha contra el racismo.

En 2006, el Hospital Bellelay de rehabilitación mental en Berna, la invita a exponer su obra en el espacio-galería; hecho que le permite distinguir el impacto que su trabajo genera en este lugar.

En 2008 forma una asociación con dos artistas más, "Les trois Poules" para trabajar sobre el Proyecto "Día de Muertos", festividad mexicana reconocida mundialmente por la UNESCO y declarado Patrimonio Oral e Intangible de la Humanidad.
Maricela ha realizado aproximadamente un total de 15 exposiciónes básicamente pictóricas, entre otras, durante su estancia en Suiza.

En el año del 2010 Maricela regresa a México, Quintana Roo. Se instala en la Localidad de Puerto Morelos incorporándose al equipo de Casa de la Cultura, como Coordinadora del área de Artes Visuales.

En el 2012 realiza un Mural para la Biblioteca de dicha localidad alusivo al tema de "La Cultura Maya 2012"

Exposiciones :

2015 Colectiva, Festival internacional del Caribe, Instituto de Cultura de Cancún.
2015 Colectiva, Muestra de Artes Viasuales 2015, Casa De la Cultura de Cancún
2015 Colectiva, SOMAAP en el Teatro de la Ciudad de Playa del Carmen
2015 Colectiva, “Una obra nos visita”, Biblioteca de la Universidad Marista de Mérida
2015 Individual, Sala Ollin Yoliztli, Espacios no convencionales, develando una placa conmemorativa a los 15 años de Nueva danza, Nueva Música.
2014 Colectiva, Festival internacional de la palabra por la paz en Puerto Morelos Quintana Roo.
2014 Colectiva, SOMAAP, Delegación de la península de Yucatan, representada en el Festival Internacional Tamaulipas 2014.
2014 Colectiva, SOMAAP, El Cuerpo Femenino, Centro Cultural Olimpo, Mérida, Yucatán
2013 Individual, Festival del Caribe, Museo de la Cultura Maya, Chetumal Q.R.
2013 Colectiva, Bienal de Artistas Visuales de Cancún, Cancún Q.R.
2012 Colectiva, “Año de la Cultura Maya 2012”, Puerto Morelos México
2009 Colectiva, “...Y algo más”, Galería Espacio, Morges, Suiza
2009 Colectiva, Site de Bellelay Espace galerie, Bienne, Suiza
2008 Individual, Galerie Le mur, Ginebra, Suiza
2007 Colectiva, Galerie Temple du bas, Neuchâtel, Suiza
2007 Individual, Site de Bellelay Espace galerie, Bienne, Suiza
2006 Individual, Space Noir Galerie, Saint-Imier, Suiza
2006 Colectiva, La Galerie du château, Neuchâtel,Suiza
2006 Colectiva, “México en Suiza 2006”, Couvet, Suiza
2004 Colectiva, “Œuvres sur papier”, Galeria Espacio, Morges, Suiza
2003 Colectiva, Salon Arts and Créations, Ginebra, Suiza
2002 Individual, “Episodes”, Galerie Dupeyron, Neuchâtel, Suiza
2001 Individual, “De parches y encerramientos”, Espacio Animalote, Jardín Borda, Cuernavaca, Morelos, México
2001 Individual, “ Parches de color II” SRE Cancún, México
2000 Individual, “ Barcas” Museo de la Cultura Maya, Chetumal, C.C. Cancún, C.C. Carrillo Puerto, México
2000 Individual, “Parches y Colores” Museo Arqueológico de Cancún, México
1996 Individual, “Esta Soy yo” Centro Cultural Luis Spota, D.F., México

 

Aprendiendo a nadar - Técnica: Temple sobre tela - Medidas (cm): 80 x 60 

“Este trabajo forma parte de una Serie de 12 cuadros, titulada:  "Aprendiendo a Nadar".”

 

VIDEO : YOUTUBE (cliquez sur l'image pour voir la vidéo) - 2017

 

Oeuvres de Maricela Salas Rico en vente sur notre site  (en construction)